SM contre SM...

#1

Bonjour à toutes et tous...

Qu’il m’est difficile aujourd’hui de me définir précisément par rapport à cet univers BDSM qui nous rassemble ici...Encore plus par rapport à mon handicap, de nature psychique, qui me rend très angoissé. Actuellement, je souffre à l’idée d’avoir une vie, une occupation du temps qui se retrouveraient encadrées si j’avais une Maîtresse, voire un Maître. C’est surtout cela qui me pose problème bien au delà des pratiques physiques liées à une soumission que j’imagine avant tout virtuelle. Je me heurte aussi au problème d’avoir cette sensation que je ne sais pas obéir sans me poser de questions, d’être peut être dans du “ à la carte” au lieu de simplement dire “ oui, à vos ordres” ! Peut être que ce problème pourrait être résolu par un dialogue préalable, mais cette exploration dans la naissance d’une relation me fait peur, on revient aux angoisses, et je ne me sens pas de la vivre.

De fait, j’ai du mal à m’imaginer un avenir, alors je vis et jouis du passé, sans me représenter des plaisirs, à travers une nouvelle étape de ma soumission, qui pourraient être vécus demain, dans un mois ou dans un an. De plus, j’ai quelque chose qui vient parasiter le tout, à savoir que je me fixe beaucoup plus sur les mots que sur les actes. De sorte que si je m’adonne à des plaisir solitaires, je vais avant tout penser à l’époque où j’avais pour nom de soumis “ sous merde” plutôt que de me représenter une action. Dans ce nom de soumis, je vois une telle humiliation...et c’est quelque chose que j’adore, à tel point que ça me suffirait pour être bien. L’idée d’être rabaissé, humilié, insulté me parle, à travers le langage écrit. Mais ça fait revenir vers ce fameux “à la carte”, et je comprends que bâtir une relation sur cet unique levier ne marche pas.

Ce souvenir enthousiasmant de l’époque “ sous merde” se heurte au SM dans un sens beaucoup plus large, que je ne refuse pas mais qui est fait de beaucoup d’inconnus, et que mon angoisse rend encore plus difficile d’accès. Pour conclure, je ne suis pas sur qu’il y ait vraiment une idée directrice à ce texte, et je me suis peut être un peu égaré dans mes propos, mais si quelqu’un trouve à réagir, je serais heureux de lire et réagir à mon tour.
Répondre
#2

(30.06.2020 23:15)vavient a écrit : Bonjour à toutes et tous...
...mais si quelqu’un trouve à réagir, je serais heureux de lire et réagir à mon tour.

Bonjour vavient,

Ton questionnement est assez délicat,

Je crois comprendre que tu aimerais reprendre le BDSM. Nous avons tous nos limites, qui évoluent dans un sens ou das un autre.
J'ai le sentiment que tu devrais repartir doucement depuis le début, en fixant tes limites. Car fixer ses limites n'est pas du "à la carte", c'est simplement mettre le cadre du possible.
Comme tu le dis un dialogue préalable est indispensable...
Sois prudent avec le virtuel, car on peut aller "trop vite, trop loin" et l’interprétation des deux parties est délicate et parfois divergente par manque de compréhension des aspects visuels.
Tu parles de "bâtir", c'est à mon avis comme ça que l'on peut avancer, pas à pas, pour chaque nouveaux aspects ou pratiques BDSM.
Profites de ce que tu aimes, comme l’humiliation...
Tous nos fantasmes ne se réalises pas en un jour, profites de chaque moment de ta soumission !

Je ne suis pas psy, simplement soumis.
il est peut être préférable de consulter pour recevoir une aide adaptée à tes besoins...
épicuron, soumis de la maîtresse des lieux
Répondre
#3

Bonsoir, épicuron...

Merci beaucoup pour ce retour riche de ressentis, d'idées...Je ne suis pas sur aujourd'hui d'être capable de reprendre une relation BDSM, car je suis vite angoissé par ce que je vis et je mets très rapidement fin aux échanges. Cela étant, je ne mets pas fin pour autant à ma présence virtuelle dans cet univers, et je sais que de nouvelles connaissances sont possibles, je n'y suis pas forcément fermé.

Ensuite, se pose le problème de la liberté dont j'ai besoin pour être bien intérieurement que je redoute de voir se limiter et je le vis fort mal.

Pour ce qui est de consulter, ce n'est pas une démarche forcément facile, la bonne nouvelle étant que j'ai parlé de ma sexualité en rapport avec la soumission à une psychologue que je rencontre, et l'échange s'est fort bien passé, même si j'étais parfois embarrassé pour employer certains mots.

Merci encore pour votre gentillesse.
cordialement,
vavient.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)



A PROPOS DE NOUS

Nous sommes un couple BDSM désirant partager, découvrir et créer une petite communauté pour papotez entre lecteurs, de sextoys, pratiques sexuelles, BDSM, fétichismes... Alors venez partager vos récits, questionner et aider les autres membres de ce forum !

Theme © iAndrew 2019 - Forum propulsé par © MyBB .